Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Welcome to New York, autocensuré aux Etats-Unis ?

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 30 Mars 2015, 18:32pm

Catégories : #welcome to new york, #Etats-Unis, #censure

Welcome to New York, autocensuré aux Etats-Unis ?

Alors qu'en France Welcome to New York (2014, Abel Ferrara), s'inspirant librement de l'affaire du Sofitel, a été exploité directement sur le marché de la vidéo à la demande (VOD) l'année dernière – si l'on excepte la projection privée organisée le 17 mai durant le Festival international du film de Cannes – on apprend que la sortie du film aux États-Unis, programmée le 27 mars, a provoqué la colère noire de son réalisateur, la version distribuée par IFC Films ayant été censurée de 16 minutes. Montré du doigt, Vincent Maraval, directeur de Wild Bunch, explique que la version destinée au marché américain imposait par contrat, qu'elle puisse être exploitée cotée «R» au maximum, c'est-à-dire interdite aux mineurs non accompagnés. Une position dénoncée par Abel Ferrara le 26 mars dernier dans le New York Times : «Le crime, c'est le droit que s'accorde ce gars de couper mon film. C'est moi, réalisateur, qui ai le final cut. C'est une question de liberté d'expression.» Dénonçant avec virulence «une censure arbitraire», le réalisateur aurait même menacé d'attaquer les distributeurs en justice si son film sortait dans la version remontée dans laquelle, selon l'Agence France Presse (AFP), «une intrigue secondaire a disparu, certains dialogues ouvertement politiques ont été supprimés, et la scène du viol a été complètement changée», celle-ci étant désormais «présentée sous forme de flashback, la femme de chambre expliquant à la police sa version de ce qui s'est passé dans la chambre d'hôtel». Dans une déclaration faite au journal The Hollywood Reporter, Abel Ferrara justifie son agacement : «La version diffusée aux États-Unis peut conduire les spectateurs à penser qu'elle l'a [le viol, ndlr] peut-être imaginé.» Coup de gueule sincère ou coup de pub savamment orchestré ? Toujours est-il que le film est sorti dans sa version édulcorée aux États-Unis vendredi dernier, sans que l'on sache encore si les menaces du réalisateur ont été mises à exécution.

Commenter cet article

Archives

Articles récents