Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


La prochaine classification obligatoire des jeux vidéo en France peut-elle être comparée à celle mise en place pour le cinéma ?

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 28 Mai 2015, 20:06pm

Catégories : #jeux vidéo, #interdiction, #pegi, #censure, #films

Le projet de décret modifiant la loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des mineurs, visant à rendre obligatoire la classification des jeux vidéo (-12, -16 ou -18 ans) à l'instar des films proposés à la vente ou à la location en vidéo, devrait être signé dans les prochains jours. Une responsabilité forte confiée aux éditeurs de jeux à l'image du transfert déjà opéré par l’État vers les éditeurs de DVD et Blu-ray en 2007, pour protéger les mineurs des contenus "présentant un risque pour la jeunesse en raison de la place faite au crime, à la violence, à l’incitation, à l’usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants, à l’incitation à la consommation excessive d’alcool ainsi qu’à la discrimination ou à la haine contre un personne déterminée ou un groupe de personnes".

Dans un article publié le 28 mai 2015 sur lemonde.fr, profitant du débat entourant la prochaine classification obligatoire des jeux vidéo, William Audureau et Maxime Vaudano se sont amusés à comparer l'interdiction aux mineurs de 18 ans (contraignante) appliquée au cinéma à celle (non contraignante) actuellement mise en place pour les jeux vidéo en citant notamment Guillaume de Fondaumière, président du syndicat national du jeu vidéo (SNJV) : "Le système de classification français des films est l’un des moins sévères au monde, alors que le PEGI, qui est un organisme paneuropéen [de classification des jeux non contraignant, ndla], est ajusté sur les critères des pays les plus stricts, en l’occurrence l’Islande. » Un système de classification des jeux proche de celui mis en place pour le cinéma au Royaume-Uni davantage fondé sur le contenu des images offertes aux spectateurs que sur le message proposé par le film. Une conception assez différente de celle opérée en France, où l'appréciation générale de l’œuvre prime sur l'examen des scènes prises isolément, notamment pour les films gore : "L’invraisemblance et l’aspect peu réaliste de certaines scènes, l’humour qui introduit la distance, un spectacle volontairement grand-guignolesque ce qui est d’évidence parodique ou relève manifestement du conte ou de la fable, sont également pris en compte." confirme la Commission française de classification des œuvres cinématographiques. Si l'on ajoute que le Bureau britannique de classification des films (BBFC) était chargé de classer les jeux vidéo distribués au Royaume-Uni jusqu'en 2012, on comprend mieux que la similitude des critères retenus par le PEGI ait convaincu les censeurs anglais de lui laisser cette mission.

Poussant encore plus loin la comparaison, les auteurs examinent le niveau de classification des jeux vidéo adaptant des films sortis en salles : "Sur une base de données de 193 jeux vidéo adaptés directement ou indirectement de films, aucun long-métrage interdit aux moins de 18 ans n’apparaît, tandis que 9 jeux sont frappés du sigle "PEGI 18". A chaque fois, leur classification est supérieure à celle du film ou de la saga dont ils s’inspirent, parfois de manière très inattendue.", et de citer notamment le film Alien, le huitième passager et son adaptation en jeu vidéo : "Alien Isolation se cale avec une méticulosité remarquable sur le niveau d’angoisse et de violence du film Alien, le huitième passager, dont il offre un prolongement scénaristique. Il consiste d’ailleurs essentiellement à se cacher. Mais tandis que le film de 1979 avait écopé d’une interdiction aux moins de 12 ans, son adaptation vidéoludique a été déconseillée aux moins de 18 ans pour "extrême violence", sans que celle-ci diffère en nature et en degré de l’œuvre culte de Ridley Scott." Le raccourci est un peu facile, car on sait très bien que les jeux vidéo s'inspirent le plus souvent des films sans jamais reproduire leur scénario avec exactitude. En outre, le rôle du consommateur doit également être pris en compte, car si le spectateur ne peut agir sur le film projeté, subissant passivement la violence des images qu'il reçoit, le joueur tout au contraire est un acteur du jeu qui peut choisir d'user de la violence qu'on lui propose pour progresser dans la partie. Ces différences importantes peuvent expliquer des niveaux d'interdiction distincts.

Revenons un instant sur le film Alien. Lors de sa sortie en salles en 1979, le film a été interdit aux moins de 13 ans en France tandis qu'au même moment il était interdit aux mineurs et classé X au Royaume-Uni comme nous le rappelle Geoffrey Crété sur ecranlarge.com le 23 mai dernier, en publiant les échanges croustillants des membres du BBFC pour savoir si le film devait être interdit aux moins de 14 ans (AA) ou 18 ans. Nous cédons à la tentation de vous livrer les meilleurs extraits :

"La peur elle-même n'est peut-être pas liée à l'âge mais la gestion des effets d'une expérience terrifiante pourrait l'être. Les expériences qu'ont une fille de 14 ans et une femme de 34 ans en regardant Alien sont peut-être similaires en intensité, mais la femme aura bien plus de ressources pour gérer ses sentiments après. Ensuite, je suis inquiet à l'idée d'ouvrir à des gens de 14 ans un film qui utilise une imagerie sexuelle dans un contexte horrifique. Les images ne sont pas toujours explicites mais coulent comme un courant sous-marin pendant tout le film en suggérant une force puissance, menaçante et sans nom. [...] je m'oppose à la classification AA d'Alien [...] parce qu'il présente une vision perverse de la fonction reproductrice. [...] Le début de l'adolescence est une période difficile où des changements physiques exigent une stabilité émotionnelle et je ne veux que ce groupe démographique ait accès à un film qui pourrait être perturbant de manière non spécifique pour une proportion significative."

Le film de Ridley Scott est aujourd'hui interdit aux moins de 12 ans en France, aux moins de 15 ans au Royaume-Uni alors que le jeu est déconseillé aux mineurs de 18 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents