Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Quand Wes Craven se levait contre la censure

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 31 Août 2015, 20:29pm

Catégories : #wes craven, #censure, #violence

Quand Wes Craven se levait contre la censure

A l'occasion de la disparition du réalisateur Wes Craven à l'âge de 76 ans, le site premiere.fr a eu la bonne idée de s'interroger sur la violence au cinéma après l'affaire Saw 3D : chapitre final dont nous vous avons parlé sur ce blog :

"Si Scream sortait en salles en 2015, serait-il interdit aux moins de 18 ans ? En 1997, la Commission de classification avait recommandé d'interdire le film désormais culte de Wes Craven aux moins de 16 ans. En cette année marquée par l'annulation de deux visas, l'un pour pornographie [...], l'autre pour violence excessive [...], on peut se demander si le slasher fabriqué pour plaire aux adolescents aurait pu être vu par le public qu'il ciblait."

Le site reproduit alors une partie de l'entretien avec Wes Craven, réalisé en 1997 par Christopher Carrière, dont une question relative à la violence :

Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent d'avoir utilisé dans Scream les ficelles de vos succès précédents ?

C'est insensé ! C'est tout le contraire ! J'ai utilisé dans Scream des ficelles qui n'ont jamais eu de succès auparavant ! Et pour cause : ce n'est pas moi qui ai écrit le scénario ! Là, on ne peut vraiment pas m'accuser de copier. Il n'y a dans mon film pas plus de scènes de rêve que de croquemitaines revenant du passé. Ce sont des situations bien réelles. Le scénario est toute fois très proche de ma vision de la vie : l'humour et l'horreur sont intrinsèquement liés. On plaisante souvent sur les faits divers les plus abominables. C'est un exorcisme. Quant à dire que Scream est composé de façon à fonctionner auprès des jeunes, c'est vrai. Héros teenagers, rebondissements, gags... Mais on ne va tout de même pas me reprocher de faire des films qui rapportent, non ? Parce qu'aux États-Unis, c'est la loi !

N'êtes-vous pas plus cynique qu'au début de votre carrière ?

Je suis cynique et tous mes films le sont. Plus ou moins. C'est lié à la perte de l'innocence. Les gamins sont de plus en plus cyniques. Chacun agit pour son propre compte. Aujourd'hui plus que jamais. C'est aussi dû à ce que subit cette génération. L'héroïne de Scream finit plus endurcie que cynique. C'est plutôt positif comme traitement, non ?

A travers vos dialogues, vous avez l'air de vouloir justifier la violence dans vos films.

Absolument pas ! Si l'un des personnages dit : "Il ne faut pas censurer les films d'horreur : ils peuvent rendre un tueur plus inventif, mais ils ne font pas le tueur", c'est son opinion. Les autres n'endossent pas forcément cette idée. C'est Miramax qui voulait que cette question soit au moins posée. Personnellement, je demeure persuadé qu'il est stupide de censurer la violence.

Enfin, rappelons que de nombreux faits divers ont été recensés partout dans le monde, après la sortie en salles de Scream, dont un en France. En juin 2002 à Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique), un lycéen de 17 ans a assassiné une camarade de classe de 15 ans à l'arme blanche en s'inspirant du film de Wes Craven. Un drame isolé qui avait alors provoqué la stupéfaction dans tout le pays, et conduit un candidat aux élections législatives dans les Yvelines à demander « le retrait immédiat de la vente et de la location publique de toute cassette, DVD et autre support média du film ».

Commenter cet article

Archives

Articles récents