Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


L'affaire de l'affiche du film La Belle saison est-elle vraiment une affaire ?

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 18 Septembre 2015, 09:26am

Catégories : #la belle saison, #affiche, #contrôle, #interdiction, #maire, #censure

Photographie, Le Dauphiné. 16 sept. 2015.
Photographie, Le Dauphiné. 16 sept. 2015.

La presse nationale crie une nouvelle fois à la censure.

L'information est reprise par de nombreux médias nationaux depuis deux jours : l'affiche du film La Belle saison aurait été censurée par le maire d'un petit village du Vaucluse ! Mais de quoi s'agit-il ?

Il y a quelques jours en effet, le maire de Camaret-sur-Aigues a décidé de ne pas parler du film de Catherine Corsini - programmé le 17 septembre 2015 dans la salle municipale René-Roussière par l'association départementale Cinéval - comme il le fait habituellement sur le site Internet de la commune. S'il est vrai qu'interrogé par Le Dauphiné, Philippe de Beauregard explique plutôt maladroitement que le film ne lui convient pas, il ne s'est jamais opposé à sa projection : "J’ai vu ce film et il comprend de nombreuses scènes de nature à perturber un jeune public et il n’y a aucun avertissement et aucune restriction d’âge indiqués. En tant que citoyen, je mets en garde les parents [...]. S’il s’agissait d’une relation hétérosexuelle, j’aurais eu la même réaction. Ce sont les scènes érotiques en gros plans qui ne sont pas destinées à tous les publics. Le partenariat avec l’association est maintenu. Je pense qu’ils auraient pu choisir un autre film".

Le maire de Camaret-sur-Aigues a donc simplement choisi de ne pas faire de publicité à La Belle saison sur le site web du village, site sur lequel une affiche des films projetés dans la salle communale est habituellement proposée pour illustrer l'information donnée aux administrés. Une décision qui n'a donc rien à voir avec la gravité de l'acte qu'on lui reproche puisqu'il n'a ni interdit la projection du film dans sa commune, ce qu'il pouvait pourtant théoriquement faire en application du Code des collectivités territoriales, ni même interdit l'affiche comme on peut le vérifier sur la photographie ci-dessus.

Bref, l'obédience politique de l'élu local semble, en réalité, être à l'origine de toute cette agitation médiatique, certains profitant de l'occasion pour sensibiliser l'opinion à l'heure où la ministre de la Culture et de la Communication vient de lancer une vaste réflexion pour faire évoluer le système de classification des oeuvres cinématographiques en France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents