Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Le réalisateur Keywan Karimi condamné à 6 ans de prison et 223 coups de fouet

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 7 Novembre 2015, 21:07pm

Catégories : #Keywan Karimi, #iran, #cinéma, #censure, #writing on the city

Le Monde nous a appris dimanche dernier, qu'après deux années de procès, le cinéaste iranien Keywan Karimi a finalement été condamné à six ans de prison et 223 coups de fouet le 13 octobre 2015, pour « blasphème » et « propagande contre le régime » décelés dans le documentaire Writing on the City (Neveshtan Rooy-e Shahr, 2012) qui raconte l'histoire du graffiti à Téhéran au fil des événements politiques et sociaux depuis 1979. Certaines scènes, décrivant notamment les manifestations qui ont suivi la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, ont fortement déplu aux autorités. « Cela fait dix ans que je fais des films. Je ne me pose jamais la question de l’interdiction. Je fais des films pour l’Histoire, pour témoigner sur mon pays, sur ma vie », explique le cinéaste. Rappelons que ses précédents courts métrages, Broken Border (2012) et The Adventure of Married Couple (2013), ont sillonné de nombreux festivals, où ils ont reçu des prix.

Dans son article, mis en ligne le 25 octobre dernier, Clarisse Fabre nous rapporte les propos du réalisateur iranien : « Le 14 décembre 2013, la police est arrivée chez moi. Mon disque dur a été emporté, contenant tout le matériel du film. J’ai été arrêté et détenu à la prison d’Evin, [à Téhéran], pendant deux semaines, avant d’être libéré sous caution » ; « Les juges m’ont dit que j’avais filmé ce passage sur juin 2009. Or, il s’agit d’une archive. J’ai obtenu une autorisation pour l’utiliser. J’ai montré tous les documents aux juges, mais ils n’ont pas voulu m’entendre ».

Keywan Karimi rejoint la liste des artistes iraniens condamnés ces dernières années pour leur travail jugé subversif. Parmi eux, Jafar Panahi, arrêté, en mars 2010, alors qu’il préparait un film sur le mouvement de juin 2009, et condamné, en 2011, à une interdiction de faire des films pendant vingt ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents