Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


La classification obligatoire des jeux vidéos confiée aux éditeurs. Une piste pour la classification des films ?

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 16 Février 2016, 11:42am

Catégories : #classification, #jeux vidéos, #loi, #cinéma, #interdiction, #mineurs, #obligatoire

La classification obligatoire des jeux vidéos confiée aux éditeurs. Une piste pour la classification des films ?

La mise à jour des informations publiées sur ce blog nous a permis de découvrir que le décret d'application rendant la classification obligatoire des jeux vidéos dont nous vous parlions en mai 2015, a discrètement été publié le 7 octobre 2015, ce dernier modifiant le champ d'application et la définition des caractéristiques de la signalétique prévue par la loi du 17 juin 1998 relative à la protection des mineurs.

Autrement dit, en plus des éditeurs et distributeurs chargés de la diffusion en France des documents fixés par un procédé déchiffrable par voie électronique en mode analogique ou en mode numérique, c'est-à-dire les DVD et Blu-ray, la loi vise désormais les éditeurs et distributeurs les logiciels de loisir, c'est-à-dire les jeux vidéos, lorsque leurs contenus présentent « un risque pour la jeunesse en raison de la place faite au crime, à la violence, à l’incitation, à l’usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants, à l’incitation à la consommation excessive d’alcool ainsi qu’à la discrimination ou à la haine contre un personne déterminée ou un groupe de personnes ». Dans ces conditions, il leur appartient de faire figurer obligatoirement « sur le support de ces documents et de chaque unité de leur conditionnement une signalétique destinée à en limiter la mise à disposition à certaines catégories, en fonction de leur âge. Lorsque ces documents contiennent par ailleurs un logiciel de loisir, chaque unité de son conditionnement doit faire l’objet d’une signalétique précisant la nature du risque présenté par le document ».

En France, comme cela est déjà le cas pour les œuvres exploitées en vidéo et proposées à la vente ou à la location sur un support physique ou dématérialisé, l’État n'ayant pas les moyens d'organiser le contrôle préalable et systématique des DVD et Blu-ray mis chaque jour à la disposition du public sur le marché national, la classification des jeux vidéos est dorénavant confiée aux éditeurs et distributeurs, lesquels doivent déconseiller leurs produits aux joueurs de moins de 12, 16 ou 18 ans à l'instar des trois niveaux de restriction définis pour l'exploitation en salles d'une œuvre cinématographique. Sans critères ni définition des différents dangers et risques encourus par la jeunesse, énumérés à l'article 32 de la loi Guigou de 1998, l'industrie du jeu vidéo, comme celle de la vidéo avant elle, reste donc parfaitement libre de déconseiller - ou non - sa mise à disposition aux plus jeunes. Aucune obligation d'interdiction aux mineurs donc, car on imagine assez mal les industriels s'empêcher eux-mêms de vendre leurs produits à ceux auxquels ils sont destinés...

Une étape supplémentaire dans le processus de privatisation de la protection des mineurs, les pouvoirs publics n'intervenant que dans le cas d'une défaillance relevée ou signalée, le ministère de l'intérieur pouvant alors interdire « de proposer, de donner, de louer ou de vendre à des mineurs » le produit litigieux, sans préjudice des sanctions administratives et des poursuites éventuelles engagées devant les tribunaux.

Un dispositif qui pourrait peut-être alimenter la réflexion actuelle visant à réformer la classification des films en salles, qui sait.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Dubois 17/03/2016 01:43

Comme a chaque fois que je passe ici, un article interessant ! Continue ! Moi je suis fan de jeux video et je vie ma passion... A bientot !!

Archives

Articles récents