Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


La justice française admet que Cronenberg ait pu livrer une lecture personnelle d'un poème d'Eluard dans Maps to the Stars

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 17 Septembre 2016, 14:27pm

Catégories : #Maps to the Stars, #cronenberg, #cinéma, #censure, #éluard

La justice française admet que Cronenberg ait pu livrer une lecture personnelle d'un poème d'Eluard dans Maps to the Stars

Amélie Blocman nous apprend dans le dernier bulletin d'information de l'Observatoire européen de l'audiovisuel (IRIS) que le tribunal de grande instance de Paris a rendu, le 25 février 2016, une décision relative à la question du conflit entre le droit d’auteur et la liberté de création.

En l’espèce, la maison d’édition titulaire des droits de représentation, de reproduction et d’adaptation audiovisuelle afférents à l’ouvrage du poète surréaliste Paul Eluard, ainsi que sa fille, poursuivaient en contrefaçon de droits d’auteur les producteur et distributeur du film Maps to the Stars (2014, David Cronenberg), après avoir découvert la reprise de six vers du poème Liberté dans la bande annonce ainsi que dans le film.

Les ayants droit reprochaient d'une part, l'utilisation du poème sans leur autorisation et, d'autre part, la dénaturation de l’œuvre, le réalisateur en modifiant sensiblement le contenu.

Si les juges ont reconnu la contrefaçon et constaté des erreurs "suffisamment graves" pour porter atteinte au respect de l’œuvre, ils ont également admis que "la liberté d’expression d’un auteur autorise la création et la diffusion d’une œuvre composite qui intégrerait tout ou partie d’une œuvre première [...], à la condition que le droit de l’auteur premier ait été respecté tant au plan patrimonial que moral". Ajoutant que "la liberté d’expression de l’auteur de l’œuvre seconde doit donc pouvoir s’exercer sans que l’œuvre première ne soit enfermée dans le contexte historique ou factuel dans lequel elle a été créée", le tribunal observe que "le réalisateur a eu l’occasion de préciser dans la presse que son film propose un "nouveau sens" au poème" et qu'ainsi, s'il "propose une lecture différente de l’œuvre, le réalisateur ne nie pas la qualité du poème mais l’intègre dans sa propre création en tant qu’œuvre" sans pour autant porter "atteinte à la pensée de Paul Eluard, telle qu’exprimée dans l’œuvre".

En résumé, si le droit d'auteur doit impérativement être respecté (ce qui n'était pas le cas en l'espèce), la liberté de création doit être protégée tant qu'elle ne porte pas atteinte à l'intention de l'auteur de l'œuvre qui l'inspire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents