Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Censure en Inde, au Pakistan, et au Liban

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 8 Octobre 2016, 08:49am

Catégories : #censure, #cinéma, #inde, #pakistan, #liban, #happy Bhag Jayegi, #Dishoom, #Affaires personnelles, #Les nuits de la rue Zayandeh, #La Coupe du monde

Censure en Inde, au Pakistan, et au Liban

La guerre culturelle entre l'Inde et le Pakistan ne faiblit pas

Au cours de son assemblée générale annuelle du 30 septembre 2016, la Indian Motion Picture Producers Association (IMPPA) a décidé de ne plus employer de techniciens et d'acteurs pakistanais après les violents accrochages entre l'armée indienne et les militaires pakistanais dans la province du Cachemire le 19 septembre dernier. En solidarité avec les forces armées du Pakistan, et en réponse à l'interdiction indienne, les cinémas et les chaînes de télévision du Pakistan ont cessé la projection de films indiens dans tout le pays. Déjà au mois d’août, le Pakistan’s Central Board of Film Censors (CBFC) avait interdit la comédie romantique indienne Happy Bhag Jayegi (2016, Mudassar Aziz) en raison de la représentation inappropriée du dirigeant pakistanais Muhammad Ali Jinnah. Un film indien qui, soit dit en passant, non seulement dispose d'un acteur pakistanais, mais qui a également été partiellement tourné au... Pakistan ! En juillet 2016 déjà, Dishoom (2016, Rohit Dhawan) avait été interdit de projection au Pakistan, le CBFC estimant que le film donnait une mauvaise image du Pakistan.

Au Liban, la censure politique prospère

Sur son blog censorial, Albert Montagne nous apprend que dans un article mis en ligne le 6 octobre 2016 sur le site orientlejour.com, Zeina Antonios dénonce la censure opérée par le ministère de l'Intérieur libanais à l'endroit de trois films initialement programmés au Festival International du film de Beyrouth (BIFF). Il s'agit d'Affaires personnelles (2016, Personal Affairs, Omor Shakhsiya) de la Palestinienne Maha el-Hajj, de La Coupe du monde (2016, La Coupe, World Cup) des frères syriens Mohammad et Ahmad Malas ouvertement opposés au régime de Bachar el-Assad, et des Nuits de la rue Zayandeh (1990, The Nights of Zayandeh-Rood) de l'Iranien Mohsen Makhmalbaf. La première œuvre, projetée au Festival international du film de Cannes 2016 dans la section Un certain regard, a été interdite pour avoir été tournée et produite en Israël. La projection du film La Coupe, aurait pu être autorisée à la seule condition que certaines scènes soient supprimées, ce que la direction du Festival a refusé. Même chose pour Les Nuits de la rue Zayandeh, présenté au dernier Festival international du film de Venise, qui aurait été censuré à la demande de l'ambassade d'Iran.

Commenter cet article

Archives

Articles récents