Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Promouvoir attaque en justice le visa de Sausage Party et demande la suppression de la Commission de classification !

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 1 Décembre 2016, 14:48pm

Catégories : #censure, #cinéma, #promouvoir, #interdiction, #sausage party

Nous avions le nez fin. Maître André Bonnet, le célèbre conseil de l'association Promouvoir, a décidé d'attaquer devant le juge administratif le visa d'exploitation accordé par le ministre de la Culture au long métrage Sausage Party, estimant que l'interdiction aux moins de 12 ans est insuffisante pour un film d'animation destinés aux adultes comme le souligne la commission de classification des œuvres cinématographiques elle-même dans son avis indiquant que les « très nombreuses scènes à caractère sexuel et un langage cru qui, en dépit de leur second degré, ne sont pas appropriés à un jeune public ». Plus encore, l'association demande la suppression de la Commission de classification dans un communiqué diffusé cet après-midi : "Il est clair aujourd’hui que la commission de classification, loin d’assumer la mission de contrôle et de protection de la jeunesse qui lui a été confiée par la loi, se veut en réalité un outil de tromperie des parents et éducateurs au profit d’une idéologie libertaire dissimulée au grand public. Sa suppression pure et simple devrait être décidée par les pouvoirs publics, afin que les parents comprennent qu’il appartient désormais à eux, et à eux seuls d’assumer la protection de leurs enfants."

Le communiqué de l'association Promouvoir :

L’association Promouvoir a mandaté son conseil, Me André Bonnet, aux fins de déposer un référé à l’encontre du visa décerné au « dessin animé » Sausage Party. Ce long métrage apparaît en effet comme destiné à des adultes, alors que, par sa nature même et sa similitude avec des Pixar et des Disney, il paraît s’adresser aux plus jeunes, sa bande annonce étant d’ailleurs conçue pour abuser tant ce jeune public que les parents quant au contenu réel du film. Le visa décerné par le ministre de la culture apparaît dès lors comme une tromperie et comme erroné en droit.
Quant au contenu du film, il s’agit d’un manifeste libertaire, que l’on peut résumer ainsi : « La croyance en des « dieux » gentils et en une autre et belle vie en leur compagnie est un obstacle à la jouissance sexuelle tous azimuts, les « dieux » étant en réalité des monstres. Débarrassons-nous de ces croyances infantiles pour nous adonner à la jouissance sans limites ».
Le film égrène dès lors les dialogues obscènes, montre que la drogue dure permet de voir enfin telle qu’elle est la « réalité » (ce qui est présenté comme positif), avant de s’achever sur une partouze appuyée, aux images sexuelles et sons explicites, avec un second degré que les enfants de 12 ans ne peuvent pas comprendre en toutes ses dimensions mais qui est suffisamment net pour les perturber. On peut ajouter que les scènes de « massacre » des aliments vivants, découpés en cuisine au milieu de grands cris d’horreur de ces derniers, râpés, broyés, brûlés vifs etc.. risquent également de perturber le rapport des plus jeunes à la nourriture.
Il est clair aujourd’hui que la commission de classification, loin d’assumer la mission de contrôle et de protection de la jeunesse qui lui a été confiée par la loi, se veut en réalité un outil de tromperie des parents et éducateurs au profit d’une idéologie libertaire dissimulée au grand public. Sa suppression pure et simple devrait être décidée par les pouvoirs publics, afin que les parents comprennent qu’il appartient désormais à eux, et à eux seuls d’assumer la protection de leurs enfants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents