Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Chez Nous : après le maire, le responsable du cinéma et le GPCI démentent les accusations de censure du distributeur

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 15 Février 2017, 22:05pm

Catégories : #censure, #cinéma, #chez nous, #maire, #le pacte, #saint-cloud

24 heures après l'annonce de la déprogrammation de Chez Nous (2017, Lucas Belvaux) sur ce blog, Pierre Jacquemont, le directeur des Trois Pierrots, le cinéma-théâtre de Saint-Cloud, explique à Christophe Narbonne sur le site premiere.fr que l'information véhiculée par le distributeur du film est tout simplement un "buzz totalement artificiel autour d’un long métrage moyen, qui tient plus du téléfilm que du film d’auteur", ajoutant même que "parler de 'déprogrammation' sous-entendrait que le film a été programmé, annoncé et retiré.", et de conclure : "C’est un mensonge éhonté puisqu’il [le film] n’a jamais été retenu !".

De son côté, le groupement de programmation des cinémas indépendants (GPCI) auquel appartient l'exploitant des Trois Pierrots, a affirmé dans un communiqué de presse publié le 15 février 2017 (ci-dessous) que "pour la semaine du 22 février, la programmation s’est portée sur Split, à destination d’un large public", et Pierre Jacquemont de compléter : "En douze ans, aucun film ou spectacle n’a été interdit ni retiré. Nous avons programmé Merci patron ! et Moi, Daniel Blake, des films très engagés. Des artistes tels que Stéphane Guillon et Guy Bedos, pas franchement à droite, se sont produits ici sans problème. Le Pacte veut se faire un coup de pub sur notre dos, c’est pitoyable."

Dans la foulée, Jean Labadie, le responsable de la société Le Pacte, à l'origine de "l'affaire", campe sur ses positions malgré les dénégations du GPCI, de la mairie de Saint-Cloud et des Trois Pierrots : "Chez Nous, j’insiste, a été tout à fait programmé en amont par Les Trois Pierrots, ce qui est bien naturel puisque Le Pacte doit être le deuxième ou le troisième fournisseur de la salle qui passe environ 90 % de nos films sur l’année. Quand nous avons appris sa déprogrammation, on a fait notre boulot et on appelé le GPCI pour avoir une explication. La personne qu’on a eu au bout du fil nous a formellement dit que la mairie ne voulait pas du film. On n’invente pas un truc pareil. On a même été jusqu’à demander au GPCI de faire passer au maire LR un extrait d’un discours de Xavier Bertrand incitant à diffuser Chez Nous le plus possible".

Difficile de dénouer le vrai du faux...

Chez Nous : après le maire, le responsable du cinéma et le GPCI démentent les accusations de censure du distributeur

Commenter cet article

Archives

Articles récents