Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


VidAngel viole le droit d'auteur en offrant à ses clients la possibilité de censurer des films

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 2 Septembre 2017, 13:16pm

Catégories : #censure, #cinéma, #interdiction, #vidangel, #disney, #vod

Le 26 août 2017 dans un article (incomplet) disponible sur le site braindamaged.fr, Aïssatou Loum nous apprend l'affaire qui oppose le studio Disney à VidAngel depuis décembre 2016. VidAngel est un service de vidéos en ligne qui propose à ses clients de louer des films qu'ils peuvent ensuite censurer s'ils le souhaitent, en supprimant certaines scènes de sexe, de violence, et de langage obscène. Un procédé déjà offert par les éditeurs de jeux vidéos, y compris en France. Sauf que dans le cas de VidAngel, la société n'est pas propriétaire des films qu'elle loue aux internautes.

 

Alors que Disney dénonce l'atteinte inacceptable portée à l'œuvre modifiée sans l'accord de l'auteur et des ayants-droit en violation du Digital Millennium Copyright Act (DMCA) de 1998, VidAngel se réfugie derrière le Family Movie Act (FMA) et le Family Entertainment and Copyright Act (FECA) de 2005 qui permettent de protéger la famille à certaines conditions. En outre, VidAngel explique que le choix de suppression offert à ses clients, ne modifie en rien le contenu général de l'œuvre.

 

Le 7 juin 2017, Sony avait pris une décision un peu comparable en mettant à la disposition des acheteurs de VoD un catalogue des versions édulcorées de ses productions sur une plateforme baptisée Clean Version. Après l'indignation de certains cinéastes, Sony avait finalement décidé de ne proposer que les versions « tous publics » approuvées par les réalisateurs.

 

Dans la décision du 24 août 2017 Disney Enterprises, Inc. v. VidAngel, Inc.(No. 16-56843, 9th Cir. 2017), la cour d'appel de Californie a confirmé le jugement du 8 juin 2017, en considérant que VidAngel ne pouvait invoquer le FMA pour justifier la violation du DMCA.

 

Si les grands studios et les spécialistes américains de la propriété intellectuelle sont désormais soulagés, le site VidAngel maintient pourtant toujours son offre commerciale sur Internet, qu'il détaille dans une vidéo de 4'23'' également disponible sur YouTube.

 

Quelques extraits :

 

« Certains cinéastes expliquent que la nudité est une composante artistique. Mais alors pourquoi dans les films, les femmes sont-elles nues trois fois plus souvent que les hommes, et même six fois plus dans Game of Thrones ? Cela n'a rien à voir avec l'art. Hollywood utilise les femmes comme des objets sexuels qui rapportent de l'argent, et c'est ce message que reçoivent nos enfants. Par ailleurs, des études montrent qu'à 18 ans, les jeunes ont assisté à 16 000 crimes sur le grand et le petit écrans. Tout cela peut inciter au passage à l'acte et encourager les activités criminelles. Les films exposent aussi nos enfants à un langage particulièrement grossier. Entre 1950 et 2010, les propos inappropriés ont ainsi augmenté de 800 % dans les films. Pour 7,99 $ par mois, VidAngel vous propose de filtrer vous-mêmes les séquences de sexualité (agressions ou nudité), de violence, le langage obscène ou blasphématoire. Nous n'avons pas forcé les réalisateurs à censurer leurs œuvres. Nous offrons juste la possibilité aux familles de se protéger en choisissant elles-mêmes les séquences qu'elles ne veulent pas montrer à leurs enfants. »

 

La vidéo complète :

Commenter cet article

Thomas Foxart 07/09/2017 13:49

J'imagine bien tous ces bons pères de famille, avec leurs petites bites et leurs gros ciseaux en train de se palucher en censurant les films pour leurs marmots...
En espérant que les majors ne cèdent pas devant ces coups de boutoir de la néo-censure, ce qui ferait vraiment gravement reculer le schmilblick dans le monde entier.

Archives

Articles récents