Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CENSURE & CINEMA

CENSURE & CINEMA

Collection Darkness, censure et cinéma


Le CNC vient enfin de publier le rapport d'activité de la commission de classification des oeuvres cinématographiques pour la période 2016-2018 !

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 6 Avril 2021, 14:47pm

Catégories : #censure, #interdiction, #rapport d'activité, #cnc, #commission de classifications des oeuvres cinématographiques

Le rapport d’activité de la commission de classification des œuvres cinématographiques pour la période 2016-2018, vient enfin d’être publié par le centre national du cinéma et de l’image animée. Alors que peut-on y trouver ? L’introduction de Monsieur Yves Gounin, président de la Commission de classification sur l’exercice, permet de s'en faire une idée claire (extraits) :

« […] La première partie, la plus classique, rassemble des statistiques. Elles démontrent l'activité soutenue de la Commission qui a visionné pas moins de 4105 films (courts et longs-métrages) durant le triennium 2016-2018. […] Au total, l'écrasante majorité des films (93,5 %) obtiennent un visa tous publics, avec ou sans avertissement. Les films interdits aux mineurs de moins de douze ans, avec ou sans avertissement représentent 5,4 % seulement du total de films visionnés. Pourtant, il est encore difficile d'évaluer l'impact de la mise en œuvre des dispositions du décret du 8 février 2017.

La deuxième partie du rapport contient, comme les années précédentes, des analyses de cas qui ont suscité débat au sein de la Commission. En effet, si la Commission motive les avis qu'elle rend, elle a pris l'initiative, depuis ses deux derniers rapports d'activités, de consacrer quelques développements à certains films dont l'exploitation en salles et/ou la classification qu'ils ont reçu ont soulevé la polémique. C'est par exemple le cas du documentaire Caniba sorti en août 2018 et interdit aux mineurs de moins de dix-huit ans. C'est aussi le cas de plusieurs films que la commission, à la demande du ministre, a visionné une seconde fois (À genoux les gars, Companeros) ou dont les visas ont été contestés devant le juge administratif (Salafistes, Sausage Party, Cinquante nuances plus claires).

La troisième partie contient une liste détaillée de recommandations provenant du sein des comités et de la commission, veillant à améliorer leurs fonctionnements pour les prochains mandats. D’ailleurs, l'avant-dernier rapport concernant le mandat 2010-2012 en avait déjà formulé quelques-unes. Dans ce sens, ce texte est le fruit d'un long travail participatif. […] Même si le sujet revient régulièrement en débat, la commission estime que les classes d'âge actuellement en vigueur (-12, -16, -18) doivent être maintenues. Elle n'est pas favorable à la création d'un -10 - comme à la télévision - ou d'un -14. Elle n'est pas favorable non plus à la création d'une mesure d'accompagnement parental ou à l'introduction de pictogrammes. […] Le parti retenu, novateur, a été de donner la parole à des contributeurs extérieurs.

Christophe Triollet, observateur scrupuleux de la censure cinématographique, a rédigé un long article qui porte un regard volontiers critique sur les trois années d'activité.

Arnaud Esquerre, sociologue au CNRS, que la commission a accueilli pour la préparation de son ouvrage "Interdire de voir" (Fayard, 2019) consacre une courte tribune sur l'avertissement de l'article R. 211-13 du CCIA.

Enfin Gérard Lenne, qui a siégé à la commission au titre du syndicat français de la critique cinématographique nous livre un témoignage aussi personnel que touchant des neuf années de son mandat.

Si le présent rapport ne propose finalement pas une réforme radicale de l'organisation et du fonctionnement de la Commission c'est que les règles actuelles ont fait leurs preuves. Après la loi de 1975 qui avait créé la catégorie des films X, après la réforme de 1990 qui avait supprimé l'interdiction aux mineurs de moins de dix-huit ans, après celle de 2001 qui l'avait rétablie - suite à la décision Baise-moi du Conseil d'État, et finalement, après la réforme de 2017 qui clarifie les critères de classement des films susceptibles d'être interdits aux mineurs de moins de dix-huit ans, l'heure n'est plus à la modification des règles. Au contraire, elle est à leur application. »

Je remercie Monsieur Yves Gounin de m’avoir proposé d’écrire très librement à l’occasion de la publication du présent rapport (annexe 6, pp. 132-148). Merci aussi à Pierre Chaintreuil d’avoir intégré la dernière version de mon long article de 16 pages, par ailleurs disponible dans le septième volume de notre collection Censure et cinéma en France (éd. LettMotif, 2020).

Le CNC vient enfin de publier le rapport d'activité de la commission de classification des oeuvres cinématographiques pour la période 2016-2018 !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents