Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


L'interdiction aux moins de 18 ans de La Scuola Cattolica provoque une vive polémique en Italie

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 7 Octobre 2021, 21:18pm

Catégories : #censure, #interdiction, #Italie, #Commission, #La Scuola Cattolica

L’interdiction aux moins de 18 ans (VM18, vietato ai minori di 18 anni) de La Scuola Cattolica (The Catholic School, Stefano Mordini, 2021) décidée par la commission de classification des œuvres cinématographiques (commissione per la classificazione delle opere cinematografiche), a provoqué de très nombreuses réactions en Italie, certains n’hésitant pas à douter de l’abolition de la censure au cinéma annoncée le 6 avril 2021 par Dario Franceschini, le ministre italien de la Culture du gouvernement Draghi.

La Scuola Cattolica, présenté hors compétition à la Mostra de Venise avec une « simple » interdiction aux moins de 14 ans, a finalement été interdit à tous les mineurs, la Commission estimant que le film particulièrement violent, qui raconte « le massacre du Circeo » (le nom donné au rapt, aux tortures, aux viols et au meurtre infligés à deux jeunes femmes par trois jeunes bourgeois néofascistes dans la nuit du 29 au 30 septembre 1975 à San Felice Circeo, une commune balnéaire italienne), ne convient pas à de jeunes spectateurs.

Pour Warner Bros et Picomedia, les producteurs du film tiré du roman Premio Strega d'Edoardo Albinati qui reconstitue le crime de Circeo, la Commission a largement dépassé son rôle en livrant un jugement sur les choix artistiques du réalisateur et des scénaristes, portant de ce fait une atteinte à la liberté d’expression et de création : « La Commission a censuré un film qui raconte une histoire vraie, une histoire de meurtre et de viol, une violence grave perpétrée contre Rosaria Lopez et Donatella Colasanti. Un crime qui a choqué tout le pays, un crime encore présent dans la mémoire collective. Cette interdiction pèse sur un film qui parle de faits qui ont bouleversé le système judiciaire italien, ouvrant un long débat en 1975 lequel, en 1996, a permis de criminaliser les violences sexuelles », peut-on lire dans leur communiqué. De son côté, le réalisateur a fait part de son étonnement : « Dans sa motivation, la Commission regrette que les victimes et les bourreaux soient traités de la même manière, ce qui est absolument faux ! »

Pour sa part, le ministère de la Culture a fait savoir que sa classification n’était en rien un acte de censure, le film étant sorti tout à fait normalement, dans sa version intégrale, dans les salles italiennes le 7 octobre 2021.

Rappelons utilement que cette affaire intervient à quelques jours seulement de l’installation de la nouvelle Commission de classification qui sera présidée par Alessandro Pajno, le président émérite du Conseil d'État, composée de 49 membres choisis notamment parmi les professionnels du cinéma et les spécialistes de la protection de la jeunesse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents