Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


Censure au cinéma : DF n°11 et 12 !

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 14 Janvier 2012, 14:56pm

Catégories : #cinema

Darkness couv N12 - A4

Numéro 12
Sexe Cinéma Censure
(pour commander, cliquez ici)

Du Baiser pourtant sage de May Irwin et John C. Rice en 1896 aux images bien plus explicites d'Hustler white un siècle plus tard, le cinéma n'en finit pas d'engendrer les polémiques lorsqu'il montre ou parle de sexe. Comment distinguer un film pornographique classé X interdit aux moins de 18 ans d'un film contenant des scènes de sexe non simulées interdit aux seuls mineurs de 16 ans ? Qu'est-il permis de montrer en France et quelles sont les limites admises par les pouvoirs publics et la justice ? Tout un programme...

Pour la deuxième année consécutive, DARKNESS sort un numéro spécial sur une thématique précise. Plus de 120 pages documentées et bourrées d'informations, à la magnifique couverture concoctée par John Capone.

Après avoir consacré son numéro de 2010 à la violence au cinéma, l'équipe du fanzine, composée de professionnels et d'amateurs, se penche sur les problèmes de classification des films, la représentation de l'acte sexuel à l'écran, les tabous, la censure... Autant de sujets et bien plus encore abordés dans ce numéro dédié au thème «Sexe cinéma censure».

Parmi les rédacteurs qui ont rejoint l'équipe déjà présente pour le numéro 11, notons par exemple Jean-Pierre Putters, fondateur des magazines «Mad Movies» et «Impact» qui revient sur l'histoire de la censure en France ; Laurent Garreau, auteur d'«Archives secrètes du cinéma français» qui livre quelques rapports des comités de censure et explore les dessous de la loi X ; et Alan Deprez, réalisateur et critique de cinéma de genre, qui détaille quant à lui les liens entre sexe et violence sur nos écrans. Éric Peretti, rédacteur pour «Sueurs Froides», fait également partie des nouveaux venus et s'attaque à la représentation explicite du sexe au cinéma. Tous se sont évertués à dresser un panorama complet de l'histoire du sexe à l'écran en France.

 

DARKNESS FANZINE concluera sa trilogie en 2012 avec un numéro consacré à la problématique de la politique et de la religion à l'écran. Darkness 12 est sorti le 12 décembre 2011 et sera disponible sur le site de Sin'Art ici

 

Edité et diffusé par Sin'Art Fandom, cet ouvrage sera également disponible chez Movies 2000 (Paris), Gotham (Paris), Les Films de la Gorgone, Ciel Rouge (Dijon), Ciné Folie (Cannes), Serious Publishing (Paris), Librairie Humus (Lausanne), à la Librairie de la Cinémathèque Française et évidemment sur www.sinart.asso.fr


Photo CouvNuméro 11
(pour commander, cliquez ici)

Vingt ans après la sortie d'un numéro dédié à la censure, Darkness Fanzine propose un dossier complet sur un des pans d'une thématique riche et passionnante. Violence et censure au cinéma en France consacre le premier volet d'une étude qui permettra de parcourir sans prétention tous les aspects de la problématique en livrant les analyses et les points de vue de juristes, de journalistes et de cinéphiles avertis.
“Le fanzinat n’est pas mort. Grâce à Darkness Fanzine, il montre même une fraîcheur exceptionnelle. La revue propose un angle de vue inédit et une originalité d’analyse sur la violence et la censure au cinéma. Christophe Triollet, rédacteur en chef et auteur de la plupart des textes, a eu la bonne idée d’utiliser son bagage en droit pour étudier les mécanismes sociologiques et politiques qui font qu’un film se retrouve interdit, flanqué d’une limite d’âge ou coupé de certaines séquences. La plupart du temps, les textes sont très intéressants même si l’auteur s’emporte (rarement) dans une tirade digne d’un plaidoyer avec du namedrop d’articles de loi. Après deux textes qui ne font que survoler le thème – les souvenirs de Norbert Moutier et la figure du mal – nous plongeons dans le vif du sujet avec « la violence est parmi nous »  qui fait office de réelle introduction. L’article explique que dès le début du cinéma, il y a eu des restrictions afin de protéger la population. L’auteur aborde l’influence que peut avoir le cinéma sur certaines personnalités. Il cite les cas de personnes qui se sont inspirées du cinéma pour commettre des méfaits. Pour autant, le lien entre violence cinématographique et passage à l’acte reste encore à établir. Avec « provocation, mimétisme et confusion », Lionel Trélis poursuit l’analyse de l’influence de certains films comme Orange mécanique, Scream, Fight club ou le célèbre Tueurs nés. « Violence, cinéma et censure : France – Chine » compare la représentation et l’acceptation de la violence entre les deux pays. Forcément, les deux cultures font que la violence y est appréhendée de manière totalement différente (opposée ?) au cinéma. L’auteur fait ensuite la part belle à la commission de classification des oeuvres cinématographiques en décrivant et en décryptant son fonctionnement. Cette institution délivre les visas d’exploitation et décide d’éventuelles interdictions à une catégorie d’âge. On y trouve un entretien avec Sylvie Hubac, qui fut à la tête de la commission pendant six ans.


Christophe Triollet détaille chaque catégorie d’interdiction, pas aussi simple qu’on pourrait le croire, et donne des exemples de films avec les motivations de l’interdiction. Albert Montagne ajoute un passage sur les « films X d’incitation à la violence, une censure méconnue du cinéma français », avec le détail des films qui ont été « ixifiés » à cause de leur violence et non à cause d’un contenu pornographique. « La violence au cinéma » se propose d’analyser les différents types de violence et comment elle évolue avec les âges. Elle peut être frontale (du gore, des meurtres) mais aussi psychologique ou suggérée, sans que l’impact soit moindre.

Un gros plan est fait sur le cas de plusieurs films qui ont eu des démêlés avec la commission de classification. Antichrist, qui a dû faire face à une plainte d’une association mais le ministre de la culture a simplement mis une interdiction aux moins de 16 ans assorti d’un avertissement. Pourtant le film est vraiment « hard ». L’auteur fait aussi une belle analyse du coup de pub pour la sortie de Martyrs de Pascal Laugier, dont le scandale semble avoir été bien organisé grâce à un plan médiatique. L’auteur principal du fanzine livre encore deux textes très intéressants sur « la censure et l’autocensure » ou comment les réalisateurs font des coupes à la source pour satisfaire les producteurs ou minimiser les risques financiers. Il fait aussi le constat de films français de plus en plus sages. Les télévisions étant impliquées dans le financement des films, elles privilégient les films susceptibles de faire une grand audience en première partie de soirée. Le deuxième texte se concentre sur les affiches de films que l’on peut voir dans la rue. Il évoque ce que dit la règlementation et donne des exemples d’affiche modifiées pour ne pas poser de problème.
En guise d’articles plus légers à picorer, on pourra lire l’article de Didier Lefevre, rédac chef de Médusa, qui nous annonce que le film d’horreur au sens classique est mort et que ses successeurs, comme les torture-porn, sont loin de déranger malgré l’exposition de barbaque. On trouve également quelques textes déjà publiés par ailleurs mais réactualisés par leurs auteur. Ainsi Olivier Mongin, avec « les nouvelles images de la violence », propose un panorama de la violence dans le cinéma des années 90. « Violence et cinéma » de Jean-Baptiste Guégan, fait le point sur la stylisation de la violence, dans le cinéma de John Woo ou celui de Tarantino, avec Kill Bill par exemple.Le livre se conclut par une liste et un petit historique des revues interdites et un récapitulatif des films interdits (-16 ans ou -18ans) de 2004 à 2009.” (Cinetrange)

Commenter cet article

Archives

Articles récents