Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

DARKNESS, CENSURE ET CINEMA

Le blog officiel de la nouvelle collection


L'eau douce qui coule dans mes veines sera interdit aux moins de 12 ans

Publié par darkness-fanzine.over-blog.com sur 30 Mars 2015, 19:26pm

Catégories : #L'eau douce qui coule dans mes veines, #kermagoret, #censure, #interdiction

Le 27 février 2015, L'eau douce qui coule dans mes veines (2013) est projeté puis classé pour tous publics par la Commission de classification. Maxime Kermagoret, son réalisateur, qui avait pris l'initiative d'interdire son film aux mineurs de 16 ans lors de projections privées organisées en Bretagne en raison de deux scènes de sexe non simulées, est tombé de sa chaise en découvrant la décision postée sur le site du centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) le 2 mars dernier : « Cela veux dire que je peux montrer une scène de fellation explicite à des enfants, et des scènes psychologiquement difficiles à tout le monde ? Je pense qu'ils ont mélangé les dossiers, pris mon film avec un autre projeté le même jour, mais je vais de toute manière contacter le CNC demain. » Une situation inédite puisque pour la première fois, un réalisateur réclame l'interdiction de son œuvre à l'administration ! Le 3 mars, le service des visas du CNC confirme la décision à Maxime Kermagoret qui n'en revient toujours pas : « Une mesure de restriction aux spectateurs de moins de 12 ans avec avertissement m'aurait moins surpris en comparaison, car le « tous publics » me semble aberrante, et je suis loin d'être le seul à partager cet avis. » L'eau douce qui coule dans mes veines est-il réellement devenu le premier film comportant des scènes de sexe non simulées (une fellation et un plan-séquence de masturbation) autorisé pour tous publics ?

En réalité, la décision mise en ligne sur le site du CNC est erronée, le service des visas expliquant que le film sera prochainement renvoyé en assemblée plénière pour décision, la première projection ayant été organisée devant les membres de la sous-commission, partagés entre une proposition de visa pour tous publics, avec ou sans avertissement, et une interdiction aux spectateurs de moins de 12 ans. La fausse classification du film est donc rapidement retirée du site du CNC et, après de multiples reports de séance, L'eau douce qui coule dans mes veines est finalement présenté à l'assemblée plénière le 26 mars dernier, qui vient de proposer au ministre une interdiction d'exploitation aux mineurs de 12 ans. Si Maxime Kermagoret estime malgré tout que le niveau de classification n'est manifestement pas suffisant, soufflons-lui de contester la future décision du ministre devant le tribunal administratif, pour nous offrir une première dans l'histoire du contrôle cinématographique en France.

Le film, projeté en avant-première parisienne le 16 avril dernier au cinéma Le Desperado, sera disponible à la vente en DVD à compter du 15 octobre 2015, édité chez L'Harmattan.

En bonus, vous trouverez notamment un entretien avec l'actrice principale, Elodie Vagalumni, ainsi que des images du tournage et des projections publiques.

L'eau douce qui coule dans mes veines sera interdit aux moins de 12 ans
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents